Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Borne de Recharge > Tout comprendre des Infrastructures de Recharge de Véhicules Electriques (IRVE)

Tout comprendre des Infrastructures de Recharge de Véhicules Electriques (IRVE)

Tout comprendre des Infrastructures de Recharge de Véhicules Electriques (IRVE)

En 2021, il s’est vendu plus de 100 000 véhicules 100% électriques en France et presque autant d’hybrides rechargeables. Plus qu’une tendance, la voiture électrique représente l’avenir de la mobilité, mais pour son développement, les solutions de recharge doivent se multiplier. L’installation massive d’une infrastructure de recharge pour véhicules électriques (IRVE) contribue à promouvoir l’électromobilité et force est de constater que tout le monde y participe, depuis les autorités publiques aux diverses organisations en passant par les professionnels et les particuliers. Mais que représente cette infrastructure exactement ? Explications.

IRVE : de quoi parle-t-on ?

La mobilité électrique ne saurait se développer sans une solution de recharge qui l’accompagne. Le gouvernement l’a bien compris, et c’est la raison pour laquelle il encourage fortement les usagers à s’équiper d’une solution de recharge via diverses mesures d’incitation. L’IRVE pour Infrastructure de recharge pour véhicule électrique est un sigle que l’on a l’habitude d’entendre lorsqu’on parle de véhicules électriques et de leur recharge. Sa signification n’est pourtant pas toujours claire pour les profanes. Pour la plupart, une infrastructure de recharge de voiture électrique est une installation destinée à recharger les véhicules électriques. Il peut s’agir d’une borne de recharge de type totem, d’une borne de recharge murale ou encore d’une prise de courant renforcée. Cependant, le terme IRVE recouvre beaucoup plus d’éléments en dehors de l’appareil à recharger le véhicule électrique. En réalité, l’infrastructure de recharge se compose de nombreux éléments et de composantes électriques dans le but de permettre à la borne de remplir sa fonction première.

De quoi est composée l’infrastructure de recharge électrique ?

L’IRVE est composée de plusieurs éléments ayant chacun une fonction bien définie. En premier lieu, on peut distinguer la borne de recharge qui est le premier élément visible d’une infrastructure de recharge électrique. C’est d’ailleurs la raison qui se cache derrière la confusion à tort entre bornes de recharge et IRVE. La borne de recharge a pour fonction d’assurer la liaison entre la voiture électrique et l’énergie électrique. Elle a également pour mission de sécuriser cette liaison. En fonction de la puissance de la borne, le temps de recharge est plus ou moins long. Cette puissance est comprise entre 3,7 kW et 350 kW. L’IRVE se compose également du câble qui assure le raccordement de la borne de recharge au tableau électrique. Il est en principe dimensionné selon la puissance de la borne et la distance séparant cette dernière au tableau électrique. Le dernier élément composant l’IRVE est le tableau électrique. Également appelé tableau de répartition, il permet de relier le réseau de distribution électrique à son infrastructure de recharge. Disposant d’équipements de sécurité comme des disjoncteurs et des interrupteurs différentiels, le tableau électrique protège les individus et les équipements branchés à l’installation.

Quels sont les modes de charge des IRVE ?

Il existe différents modes de charge pouvant répondre à tous les besoins des usagers. La recharge en mode 1 correspond à un raccordement par l’intermédiaire d’une prise domestique. Il permet de recharger tous types de véhicules électriques, cependant, pour plus de performance et de sécurité, il convient de le réserver à la recharge des deux-roues. En mode 2, le chargeur est raccordé à un réseau d’alimentation, mais dispose en plus d’un boitier électronique régulant la charge. Il permet de recharger des voitures électriques. Le mode de recharge 3 permet de raccorder le véhicule au réseau d’alimentation en courant alternatif par l’intermédiaire d’une borne spécifique intégrant un dispositif de contrôle. C’est le mode standard pour les véhicules électriques. Le mode 4 quant à lui correspond à la recharge en courant continu, ce qui implique une forte intensité de courant et une recharge très rapide de la voiture électrique.

Quelles sont les réglementations en matière d’IRVE ?

Afin de garantir la sécurité des utilisateurs vis-à-vis des risques électriques, les pouvoirs publics ont prévu la mise en place de quelques réglementations relatives aux infrastructures de recharge pour véhicules électriques. Cela concerne notamment le respect de la norme NF C 15-100 dans le cadre de toute installation de point de recharge pour véhicule électrique, depuis la prise renforcée jusqu’aux bornes de recharge rapides. Mais la règle la plus importante à suivre reste le recours à un professionnel agréé lors de l’installation d’un point de recharge de plus de 3,7 kW. Il s’agit d’un professionnel ayant suivi des formations particulières en matière d’IRVE et ayant la capacité de l’appliquer dans tous ses travaux. Aucune sanction n’est prévue en cas de non-respect de cette obligation légale. Mais afin d’inciter les usagers à faire appel à ce professionnel, le gouvernement a mis sous condition l’obtention d’une subvention. Par ailleurs, sans un certificat de conformité délivré par un installateur IRVE, l’utilisateur aura du mal à faire jouer ses garanties en cas de sinistre.

Borne de recharge IRVE : pour qui ?

Tout utilisateur de véhicule électrique peut avoir droit à une solution de recharge électrique, quelle que soit sa situation. Les particuliers, qu’ils vivent en maison individuelle ou en copropriété sont en mesure de faire installer un équipement dédié à la recharge d’une voiture électrique bien que les démarches ne soient pas similaires. Il est possible de mettre en place une borne de recharge allant jusqu’à 22 kW en maison individuelle ou en copropriété dès lors que la puissance électrique disponible est suffisante. Si ce n’est pas le cas, le propriétaire peut changer son abonnement électrique et recevoir la puissance suffisante. Les professionnels quant à eux disposent de plus de possibilités compte tenu de leurs besoins. Si un site de bureau peut se contenter de bornes de recharge murales, une puissance supérieure à 22 kW est rapidement nécessaire lorsque l’infrastructure est ouverte au public. C’est notamment le cas des contres commerciaux, et divers établissements de loisirs. Les professionnels seront alors obligés de créer un point d’alimentation spécifique pour raccorder son infrastructure au réseau public de distribution.

Particuliers et professionnels ont droit aux subventions de l’État lorsqu’ils répondent aux exigences techniques imposées par la loi. Les premiers bénéficient d’un crédit d’impôt d’un montant maximum de 300 euros par borne installée tandis que les seconds bénéficient d’une prime correspondant à 20% des dépenses engagées.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : pLUM5Q

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers