Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Leasing Auto > Guide du leasing > Le Kilométrage de sa voiture en leasing : le dossier complet

Le Kilométrage de sa voiture en leasing : le dossier complet

Le Kilométrage de sa voiture en leasing : le dossier complet

Avant de souscrire à un leasing, il existe un très grand nombre de paramètres à connaître et à prendre en compte parmi lesquels figure la question du kilométrage.

Le principe de la location étant de restituer le véhicule en fin de bail pour que le loueur puisse le revendre, sans l’application d’un forfait kilométrique, il subit la forte décote du véhicule et risque d’importantes pertes financières. Ce plafond kilométrique est établi d’un commun accord entre les deux protagonistes du leasing et doit être minutieusement respecté par le conducteur pour éviter toutes formes de pénalités. Explications.

Le kilométrage dans le leasing : de quoi parle-t-on ?

Dans le cadre d’un leasing, que ce soit une Location avec Option d’Achat ou une Location Longue Durée, le loueur doit établir des conditions relativement strictes étant donné que le véhicule doit lui revenir à la fin de la location. Parmi les règles imposées figure un forfait kilométrique annuel. Le locataire s’engage à ne pas aller au-delà de la limite annuelle autorisée qui tourne aux environs de 10 000 km, mais qui peut varier selon les besoins des automobilistes et les règles contractuelles associées au leasing.

Le forfait kilométrique tient un rôle prépondérant dans ce genre de location de longue durée, car il a un impact significatif sur le coût des loyers. Il faut savoir qu’à part la motorisation, la marque, la rareté, l’usure ou encore les options, un des éléments qui contribue à réduire la valeur d’une voiture est le kilométrage enregistré. Or, à la fin du leasing, le loueur doit récupérer le véhicule pour essayer de le revendre ensuite sur le marché de l’occasion. Mal estimer le kilométrage autorisé et le prix des mensualités peut alors lui être très néfaste du point de vue financier. Sans compter qu’un kilométrage très élevé génère des frais d’entretien et de réparation prohibitifs. Tout cela pour dire qu’un locataire qui a besoin d’un forfait kilométrique haut doit s’attendre à payer un contrat plus cher ainsi que des mensualités plus importantes. D’où la nécessité de correctement déterminer les besoins réels en termes de kilomètres pour faire le maximum d’économies.

Bien ajuster le kilométrage annuel de son leasing

Le respect du kilométrage lors d’un leasing implique des enjeux financiers très importants. En effet, suite à des dépassements, les automobilistes devront payer les kilomètres excédentaires qui coûtent en moyenne 15 centimes d’euro par kilomètre. Admettons qu’un conducteur dépasse de 10 000 km un forfait de 20 000 km/an et que le kilomètre supplémentaire lui est facturé 0,20 euro, il sera alors redevable d’un montant de 2000 euros à la fin de son contrat au moment de restituer la voiture. Or, en plus des pénalités kilométriques, il se peut que le loueur applique aussi des frais de réparations si le véhicule n’est pas rendu dans un état d’usure normal. La facture finale risque alors d’être très salée.

Pour optimiser le coût de la location, il est fondamental de bien évaluer ses besoins kilométriques dans l’année. En fonction de son activité, un particulier ou un professionnel peut avoir besoin de rouler sur de courtes ou de plus longues distances. Pour le cas d’un particulier, le quotidien est souvent ponctué de petits trajets pour aller au bureau, faire les courses ou amener les enfants à l’école ou durant leurs activités. Ce sont surtout les extras comme les vacances ou les escapades du week-end qui peuvent faire augmenter le kilométrage. D’où l’intérêt de bien faire le point en essayant d’anticiper ces déplacements longs. Pour les professionnels, le véhicule peut servir à un usage personnel et professionnel s’il est question d’une voiture de fonction. Le kilométrage à fixer doit alors être relativement haut pour éviter les pénalités. Les commerciaux par exemple sont toujours sur les routes et n’auront pas les mêmes besoins qu’un collaborateur qui se déplace très peu.

Les offres de leasing à gros kilométrage ou kilométrage illimité

À part l’importance de bien évaluer le kilométrage, il est également conseillé d’opter pour un contrat de leasing modulable. Grâce à cette alternative, le conducteur est en droit de demander une baisse ou une hausse de son forfait. Attention, modifier le bail a des conséquences sur le coût des loyers. En demandant une augmentation de kilométrage, cela entraîne automatiquement une hausse des mensualités.

Pour le cas des gros rouleurs, il est préférable d’opter pour un leasing à kilométrage illimité ou à gros kilométrage. Ces offres restent néanmoins très rares, car comme on l’a précisé, lorsque le véhicule affiche un kilométrage élevé, la dépréciation est importante et le prix de revente sur le marché de l’occasion risque de baisser. À cela s’ajoute le fait que les contrats à kilométrage illimité font l’objet d’un gros surcoût. Aussi, pour bénéficier d’une telle offre, le locataire doit avoir une capacité de financement conséquente, car il doit être en mesure de respecter le paiement de ses mensualités sans incident.

Finalement, avant d’opter pour un leasing à kilométrage illimité, il devrait voir s’il n’est pas plus intéressant d’acheter son véhicule plutôt que de le louer. Car non seulement, il sera redevable d’échéances très onéreuses, mais en plus, il doit prévoir les frais d’entretien et de réparation qui sont coûteux pour les véhicules subissant un usage intensif.

Comment éviter les dérives kilométriques en entreprise ?

Pour les entreprises, les dépassements kilométriques sont encore plus pénalisants, car cela augmente les dépenses liées à leur flotte auto. Le gestionnaire de parc doit prendre de nombreuses mesures pour éviter les dérives. La première solution consiste à instaurer une communication dynamique avec les collaborateurs qui utilisent les véhicules à titre personnel. Il est conseillé par exemple de faire un point kilométrique régulièrement pour prendre en compte leurs besoins et leurs préoccupations. Ensuite, il est également préconisé d’installer des alertes sur le logiciel de gestion de la flotte. Lorsque le véhicule s’approche de la limite fixée, le gestionnaire du parc en est notifié. Il peut alors décider d’attribuer un autre véhicule peu utilisé au collaborateur concerné. Sinon, il est aussi possible d’installer des outils de géolocalisation sur la prise OBD du véhicule pour relever automatiquement les kilomètres parcourus et qui sont reliés à une application mobile. Cette solution permet aux conducteurs de mieux gérer leurs déplacements.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : ZBtAQn

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers

  • Transfert de leasing : quelle procédure ? Transfert de leasing : quelle procédure ? Le leasing est une solution de financement automobile reposant sur la location. Cette offre commence à se démocratiser progressivement et possède de nombreux avantages comme la possibilité de...
  • Restitution d'une voiture en LLD : 10 conseils ! Restitution d'une voiture en LLD : 10 conseils ! La restitution du véhicule signe la fin d’un contrat de location longue durée. Étape obligatoire, elle est souvent source d’inquiétudes pour les locataires, car le bailleur est susceptible de...
  • Leasing auto sans apport : fonctionnement et offres Leasing auto sans apport : fonctionnement et offres La voiture individuelle reste l’un des moyens de locomotion les plus prisés en dépit du développement des autres solutions de transport. Or, il est relativement compliqué d’en acheter...
  • Restitution d'une voiture en LOA : 10 conseils ! Restitution d'une voiture en LOA : 10 conseils ! La Location avec Option d’Achat n’aboutit pas obligatoirement à un rachat. Vous êtes tout à fait dans le droit de restituer le véhicule si vous estimez que celui-ci ne répond pas réellement...