Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Borne de Recharge > Comment choisir la puissance de sa borne de recharge pour sa voiture électrique ?

Comment choisir la puissance de sa borne de recharge pour sa voiture électrique ?

Comment choisir la puissance de sa borne de recharge pour sa voiture électrique ?

L’utilisation d’une voiture électrique est conditionnée par le choix de la solution de recharge la plus adaptée. Si la prise domestique peut faire l’affaire, elle a pour inconvénient d’être lente et peu sécurisée. C’est pourquoi les constructeurs préconisent le recours à une Wallbox qui dispose de différents niveaux de puissance.

Des bornes de recharge de différentes puissances

Pour fonctionner correctement, une voiture électrique doit récupérer l’énergie de la batterie dépensée au cours de l’utilisation. Bien que la plupart des véhicules soient actuellement équipés de dispositifs tels que le freinage de récupération énergétique ou le mode de conduite ECO, ces technologies sont insuffisantes pour recouvrer l’autonomie. Brancher la voiture à une installation électrique sera alors de rigueur pour qu’elle puisse « faire le plein ».

Comme 90% des automobilistes rechargent à domicile, les choix vont habituellement vers la recharge lente qui s’effectue par le biais d’une prise domestique d’une puissance de 2,2 kW ou d’une prise green’up renforcée de 3,2 kW. Ces prises sont suffisantes pour les petits rouleurs, car elles permettent de récupérer en moyenne 10 km d’autonomie par heure. En revanche, les plus gros rouleurs devront se tourner vers la recharge accélérée rendue possible grâce à l’utilisation d’une Wallbox. Avec courant alternatif sur un réseau monophasé, ces bornes déploient une puissance de 3,7 à 7,4 kW contre 11 à 22 kW en réseau triphasé. La dernière solution quant à elle est représentée par la recharge rapide s’effectuant par le biais des superchargeurs disponibles sur les aires d’autoroute ou les parkings des centres commerciaux et délivrant des puissances très élevées allant de 50 à 150 kW voire 250 kW.

Choisir la puissance d’une Wallbox en fonction du véhicule

Sur le marché, les modèles de bornes de recharge de 3,7 kW, 7,4 kW, 11 kW et 22 kW sont dédiés aux installations domestiques ou pour certains parkings d’entreprises ou de commerces. Sélectionner la bonne Wallbox est crucial dans la mesure où elle permet une utilisation efficace du dispositif. Il est admis que plus la borne délivre une puissance élevée, plus le temps de recharge diminue. Toutefois, le choix ne doit pas être guidé par cet unique paramètre. Il est également fondamental de miser sur la puissance adaptée au véhicule utilisé. Chaque voiture électrique tolère une puissance de recharge maximale. Il est inutile d’investir dans une Wallbox qui offre une puissance supérieure à ce plafond.

À titre illustratif, la Tesla Model 3 accepte au maximum une recharge de 11 kW en courant alternatif avec un réseau électrique monophasé lui permettant de se recharger en 2h45. De son côté, la Renault Zoé accepte une puissance de 22 kW maximum en charge accélérée AC pour 1h26 seulement de temps de recharge. Concernant la Peugeot e-208, le véhicule est muni d’un chargeur embarqué de 7 kW en charge accélérée AC monophasé avec 3h59 de temps de recharge. En option, il peut être équipé d’un chargeur de 11 kW pour une charge AC en réseau triphasé et récupéré son autonomie en 2h32. Quant à la Fiat 500 électrique qui fait également partie des modèles de véhicules électrifiés les mieux vendus du marché actuellement, elle n’est compatible qu’avec les bornes de recharge de 11 kW qui lui permettent de récupérer 100% de son autonomie en 4h15 contre 7h30 pour une borne de 3,7 kW.

L’usage de la voiture électrique pour déterminer la bonne puissance de charge

À part la typologie du véhicule, le choix de la puissance de la Wallbox est aussi en grande partie déterminé par l’utilisation de la voiture électrique. Un utilisateur n’a pas forcément besoin d’investir dans une borne équivalente à la puissance maximale tolérée par le véhicule. Tout dépend des trajets qu’il effectue au quotidien.

S’il a recours à son véhicule branché de façon ponctuelle, il peut très bien s’orienter vers les bornes de faibles puissances de type 3,7 kW ou 7 kW. La première lui permettra de récupérer en moyenne 25 km par heure tandis que la seconde l’aidera à gagner jusqu’à 50 km. En une nuit, il peut alors faire le plein et repartir le lendemain sans aucun problème. La Renault Zoé peut par exemple se recharger totalement en 4h15 avec une borne de 7,4 kW tandis que la Peugeot e-208 a besoin de 7h31 pour disposer de sa pleine autonomie avec une Wallbox de 3,7 kW.

Inversement, s’il a besoin de parcourir de nombreux kilomètres tous les jours, il devra s’orienter vers les puissances de Wallbox les plus élevées de 11 ou de 22 kW bien évidemment sous réserve que la voiture accepte une telle énergie.

Un compteur électrique de puissance adaptée pour l’utilisation d’une Wallbox

Le fonctionnement optimal d’une Wallbox est conditionné par les particularités du compteur électrique sur lequel elle sera raccordée. Des critères de conformité doivent être respectés pour que l’utilisation s’entreprenne de façon la plus sécurisée possible. Un automobiliste qui décide de se tourner vers les Wallbox de 3,7 ou 7,4 kW a recours à un courant alternatif sur réseau monophasé. Par chance, il s’agit du standard utilisé sur les compteurs électriques dans le pays. Aucune modification n’est alors à entreprendre. Par contre, il sera toujours nécessaire de faire vérifier l’installation électrique par un professionnel pour s’assurer qu’elle est compatible avec l’usage d’une borne de recharge. Si les bornes sont de 11 à 22 kW, elles ont besoin de réseaux triphasés et dans ce contexte, des adaptations devront être envisagées sur le réseau électrique.

Avant d’utiliser une borne de recharge, il convient de systématiquement vérifier la puissance du compteur. Le fait est qu’en dépassant la limite tolérée par celui-ci, les risques de disjoncter sont élevés. En France, il existe différents niveaux de puissance de compteur électrique allant de 3 kVA à 36 kVA. 1 kVA correspond à 1 kW. Il est impératif que la puissance délivrée par ce compteur soit plus élevée que celle de la borne. Ainsi, si la Wallbox fait 7,4 kW, il faudra au moins 9 kVA au compteur. Dans le cas où l’énergie du réseau s’avère faible, une augmentation de sa puissance en faisant appel aux services du fournisseur d’énergie est de rigueur.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : uusRey

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers