Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Borne de Recharge > Pourquoi choisir une borne de recharge de 7,4 kW ? Quelle performance ? Quel coût ?

Pourquoi choisir une borne de recharge de 7,4 kW ? Quelle performance ? Quel coût ?

Pourquoi choisir une borne de recharge de 7,4 kW ? Quelle performance ? Quel coût ?

Sur les différents modes de recharge de véhicule électrique, le mode 3 est considéré comme le plus rapide et le plus sécurisé pour un usage domestique.

Il consiste à relier le véhicule électrique à une borne de recharge fonctionnant sur courant alternatif en réseau monophasé ou triphasé pour récupérer l’autonomie du véhicule en un laps de temps plus ou moins court. La borne de 7,4 KW s’inscrit comme l’une des meilleures alternatives du marché pour recharger rapidement sans investissement démesuré.

Fonctionnement de la borne de recharge de 7,4 kW

La recharge d’une voiture électrique s’effectue de deux manières : soit en branchant le véhicule sur une source d’énergie externe, soit en ayant recours au système de freinage à récupération énergétique qui génère automatiquement de l’électricité lors des décélérations ou en utilisant le frein.

L’usage d’une source d’énergie externe comme une batterie, une prise ou une borne de recharge reste néanmoins la solution la plus efficace pour récupérer l’autonomie d’un VE. Avec une borne de recharge, le délai de recharge est moins long par rapport à une prise domestique ou une prise renforcée. La puissance délivrée est beaucoup plus importante sans compter que la sécurité est optimisée. Ces Wallbox proposent différents niveaux de puissance en courant alternatif sur réseau monophasé ou triphasé. Jusqu’à 7,4 kW, le réseau monophasé sera suffisant tandis qu’à partir de 11 kW, le triphasé sera nécessaire. Ces bornes de 7,4 kW plus spécifiquement prennent une intensité maximum de 32 A qui est à multiplier par 230 volts correspondant à la tension du réseau électrique français, ce qui nous donne un total de 7360 Watts ou 7,4 kW.

Pour connecter la borne avec la voiture, l'utilisation d’un câble de recharge type 2 est nécessaire. Cet accessoire est habituellement fourni de série par les constructeurs. À défaut, le conducteur devra l’acheter séparément. Ce câble n’accepte qu’une puissance de charge maximale. En utilisant un câble de 7,4 kW sur une borne de 11 kW, la recharge sera bridée à 7,4 kW pour éviter les risques de surchauffe.

Quels véhicules rechargés avec une borne de 7,4 kW ?

Le choix de la puissance d’une borne de recharge doit s’effectuer prioritairement en fonction des particularités du chargeur embarqué du véhicule électrique. Cet équipement intégré dans la voiture a pour vocation de transformer le courant alternatif du réseau électrique en courant continu. Une batterie de VE n’accepte que le courant continu, d’où l’intérêt de cette conversion. Le chargeur se limite à une puissance maximale et la recharge sera bridée à ce plafond. Cela signifie qu’en optant pour un VE équipé d’un chargeur embarqué de 7,4 kW et branché sur une borne de 22 kW, la recharge sera limitée à 7,4 kW. Les constructeurs ont volontairement décidé de réduire la puissance de ces chargeurs pour offrir des prix plus accessibles sur leurs automobiles dont les coûts de fabrication sont déjà alourdis par la batterie.

Parmi les modèles équipés d’un chargeur embarqué de 7 kW figure la Kia e-Niro qui peut également se munir en option d’un chargeur de 11 kW fonctionnant sur réseau triphasé. Lorsque le véhicule est branché sur une borne de 7,4 kW, il passe d’une charge de 20 à 80% en 5 h 32 contre 10h28 avec une borne de 3,7 kW.

L’Opel Corsa-e est également pourvu d’un chargeur de 7,4 kW tolérant une charge accélérée en courant alternatif sur réseau monophasé. La recharge sur une Wallbox de même puissance s’effectue en 3h46 contre 7h31 sur une borne de 3,7 kW.

Dans le cadre d’une recharge en courant alternatif cette fois-ci sur réseau triphasé, la Seat Mii Electrique tolère jusqu’à 7,4 kW. Le véhicule peut également prendre 3,7 kW en monophasé.

Comment installer une borne de recharge 7,4 kW ?

L’installation d’une borne de recharge de 7,4 kW démarre tout d’abord par la vérification de la puissance totale du système électrique domestique qui devra être déduite de la puissance consommée au cours des pics de consommation. Cela permettra de connaître plus exactement la puissance qui pourra être utilisée par la borne. Prenons l’exemple d’un disjoncteur principal de 11,7 kW disponible sur une installation en monophasé. Si les occupants de la maison utilisent 1 four à micro-onde de 1 kW, trois radiateurs électriques de 1 kW au total et un lave-linge de 1 kW, cela laisse une puissance d’à peu près 7 kW pour la Wallbox. Si jamais la puissance de l’installation électrique s’avère insuffisante, contactez le fournisseur d’énergie pour procéder à une augmentation de celle-ci.

Par ailleurs, la borne de recharge doit aussi être associée à un circuit électrique dédié et disposer de son propre disjoncteur et différentiel. Il est possible d’utiliser un déclencheur à émission de courant qui assure le déclenchement des appareils comme l’interrupteur différentiel, le disjoncteur ou le sectionneur à l’issue d’une coupure électrique. Cet équipement n’est pas obligatoire, mais vivement recommandé.

L’utilisation d’un câble correctement dimensionné est également préconisée pour plus de sécurité et pour atteindre la puissance de charge nominale. Pour une borne de 32 A, un câble à section minimale de 10 mm2 conviendrait s’il fait plus de 100 mètres.

Quel est le prix d’une borne de recharge de 7,4 kW ?

Le prix d’une borne de recharge de 7,4 kW est très variable et dépend d’une marque à une autre. Chez le fabricant Wallbox, le matériel se négocie à 839 euros tandis que chez Evbox, il est de 877 euros. Hager quant à lui propose le sien à 949 euros.

Cet écart tarifaire s’explique par les multiples particularités et fonctionnalités de l’infrastructure. Les prix seront plus élevés si la borne déploie un système de pilotage énergétique et une fonction de délestage intelligent. Les modèles les plus onéreux prennent la forme de pack tout inclus et prêt à installer.

Pour l’installation du matériel, il est vivement recommandé de passer par les services d’un installateur certifié IRVE. Depuis la mise en vigueur du décret du 12 janvier 2017, toutes les Wallbox délivrant une puissance supérieure à 3,7 kW doivent être mises en place par une entreprise habilitée IRVE. Solliciter l’aide de ces professionnels permet dans la foulée d’être éligible à la prime ADVENIR qui subventionne une partie du coût du matériel et de la main-d’œuvre.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : WkNkmV

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers