Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Entretenir son véhicule > 5 causes possibles d'une perte de puissance d'une voiture !

5 causes possibles d'une perte de puissance d'une voiture !

5 causes possibles d'une perte de puissance d'une voiture !

Sur la route, certains automobilistes peuvent être soudainement surpris par le tremblement de leur véhicule. Que se passe-t-il ? La voiture perd tout simplement de la puissance. Si le problème n’est pas réglé assez rapidement, il se peut que le moteur décide définitivement de s’arrêter. Ce souci peut avoir différentes origines : injecteurs encrassés, vanne EGR encrassée, filtre à particule trop sale ou turbo abîmé.

1 - Injecteurs encrassés

Une perte de puissance d’un véhicule se ressent lorsque la voiture roulant à vitesse confortable se met à trembler subitement. Après plusieurs coups d’accélérateur, il reprend un rythme normal. Toutefois, il n’est pas rare que le problème survienne à nouveau plus tard dans la journée. Ce phénomène de la voiture qui « broute » est causé par différents problèmes, à commencer par un encrassement des injecteurs. Cette pièce a remplacé le carburateur dans les véhicules à partir des années 80. Son rôle est d’envoyer vers le moteur la quantité de carburant dont il a besoin à l’instant T. Cette innovation a permis de réduire la consommation d’hydrocarbures tout en augmentant les performances de l’auto.

Le fonctionnement de l’injecteur ne s’effectue pas de façon uniforme. Cet accessoire s’adapte à chaque instant selon différents facteurs comme la température extérieure, le régime du moteur, la puissance sur l’accélération de la pédale ou les conditions météorologiques. Lorsque le carburant est transmis dans l’injecteur, il est ensuite renvoyé au moteur sous forme de microgouttes. L’encrassement du système d’injection est possible. À cause des particules chimiques dans l’essence ou le gasoil ou des dépôts de suie qui s’accumulent, la pression du carburant pulvérisé dans le moteur baisse progressivement. Ce dernier ne reçoit plus la quantité de carburant dont il a besoin pour un fonctionnement optimal. La perte de puissance devient alors inévitable. Le véhicule consomme une grande quantité de carburant et émet plus de CO2 et de polluants.

2 - Filtre à particule encrassé

Le filtre à particule ou FAP est un système antipollution ayant pour rôle de retenir les particules de pollution en provenance de l’échappement pour réduire les émissions du véhicule. Le FAP fonctionne en deux temps : d’une part, il se charge d’assurer la filtration en récupérant les particules polluantes avant qu’elles ne traversent l’échappement et se libèrent. D’autre part, il y a une phase de régénération durant laquelle le FAP atteint une température de 550° permettant la combustion des saletés. Malgré cette phase de combustion, il arrive que la suie s’accumule et finisse par obstruer le filtre. Il faut savoir que la température de combustion n’est atteinte qu’à 3000 tours/minute. Or, les trajets courts ou urbains ne permettent pas d’obtenir une telle température. L’encrassement du filtre devient inéluctable. Un FAP encrassé présente plusieurs symptômes. À part la perte de puissance du moteur, ce dernier se met à « caler » pendant les démarrages. Une surconsommation de carburant et une activation du mode dégradé du moteur surviennent.

3 - Vanne EGR encrassée

La vanne EGR (Exhaust Gas Recirculation) est un dispositif qui a pour rôle d’éliminer les particules de gaz toxiques en provenance du moteur. Il est question d’oxydes d’azote (Nox) issus du gaz d’échappement des moteurs à combustion. Ces émissions ont un impact néfaste sur la santé et l’environnement. C’est pourquoi l’Union européenne a fixé un taux d’émission minimum à respecter depuis les années 2000. On peut dire que la vanne EGR a le même rôle que le filtre à particule qui n’est apparu que bien plus tard sur les véhicules diesel dans l’optique de s’aligner avec les normes EURO toujours plus sévères. Pour réduire le taux de Nox rejeté dans l’air, la vanne EGR redirige les gaz d’échappement qui ne sont pas brûlés en totalité dans les chambres de combustion.

Avant d’être refroidis, les gaz subissent une seconde combustion. Grâce au refroidissement du gaz d’échappement, le taux d’oxygène dans les cylindres diminue. Cela entraîne une baisse de la température de combustion. Lorsque celle-ci devient moins élevée, la quantité de Nox produite baisse aussi. Lorsque le moteur tourne au ralenti durant les circulations en ville ou à cause d’arrêts intempestifs ou de ralentissements fréquents, la vanne EGR finit par s’encrasser. L’échappement rejette des fumées noires, la consommation de carburant augmente, le moteur est moins puissant et le véhicule ne cesse de caler.

4 - Problèmes du collecteur d’admission

Connu également sous le nom de répartiteur, le collecteur d’admission se trouve entre le filtre à air et la culasse du moteur. Il a une fonction essentielle, car il se charge de répartir l’air dans les cylindres pour la combustion du carburant. Lorsque le collecteur d’admission ne fonctionne pas correctement, la répartition de l’air dans le moteur est mauvaise. Un encrassement finit par apparaitre au niveau du bloc, à l’origine de la perte de puissance. D’autres symptômes peuvent aussi survenir lorsque le collecteur d’admission est défaillant : fissures de la tubulure d’admission, surconsommation de carburant, clapets en mauvais état, trace d’encrassement sur la tubulure d’admission, dépôt de suie sur le collecteur d’admission. Il arrive également que ce composant subisse une fuite, ce qui provoque une perte de vitesse du moteur lors d’un changement de vitesse avec des difficultés à accélérer ou à maintenir une vitesse constante.

5 - Soucis sur le turbocompresseur

Les véhicules qui sont dépourvus d’un turbocompresseur ne font qu’injecter de l’air provenant de l’extérieur. Le turbo se charge d’utiliser les gaz d’échappement rejetés. Cela permet de réduire la consommation de carburant, d’améliorer les performances du moteur ou de baisser les émissions de particules. Lorsque le turbocompresseur fonctionne mal, l’apport en air du moteur est défaillant. Une perte de vitesse apparait alors au cours de la conduite. Normalement, la durée de vie d’un turbocompresseur est de 150 000 kilomètres. Lorsque l’on atteint ce kilométrage, une casse moteur peut survenir. Pour l’éviter, il est important d’entretenir régulièrement le véhicule en réalisant les vidanges moteur au bon moment. Une vérification du niveau d’huile et un nettoyage fréquent du filtre à air sont également de rigueur. Il est aussi conseillé de toujours ralentir aux derniers kilomètres lors d’un long trajet afin de donner le temps au turbo de refroidir. Des changements de température justifient un endommagement prématuré de ce dispositif mécanique.

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : DkEiiw

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers