Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Assurance Auto > Assurance auto après suspension ou retrait de permis de conduire

Assurance auto après suspension ou retrait de permis de conduire

Assurance auto après suspension ou retrait de permis de conduire

La suspension ou le retrait de permis de conduire a de lourdes répercussions sociales et financières sur un automobiliste. Au-delà, cela a aussi des impacts néfastes sur l’assurance auto, car l’assureur peut décider de majorer les primes ou pire, de résilier le contrat. Or, en France, il est interdit de rouler sans assurance auto. Que faire dans ce contexte ?

Les causes de la suspension ou le retrait de permis de conduire

À l’issue d’une infraction grave, les forces de l’ordre procèdent à une rétention du permis de conduire qui dure 72 heures en moyenne. Le préfet prend ensuite l’initiative de suspendre le permis pour 2 mois à 1 an. En général, cette situation découle d’une conduite en état d’ivresse à la suite d’un contrôle par analyse sanguine ou alcooltest. Le conducteur risque la même sanction lors d’une conduite sous l’emprise de stupéfiants, vérifiée par des examens médicaux et des tests salivaires. Le délit de fuite avec refus d’obtempérer, l’excès de vitesse, l’usage d’un téléphone portable, griller les feux rouges, le refus de priorité et autres infractions au Code de la route provoquent aussi une suspension du permis. Celle-ci peut être judiciaire et donc ordonnée par le tribunal si le délit est grave. En cas de récidive, la suspension s’étend sur une durée de 5 à 10 ans. Il arrive aussi que l’annulation soit annoncée par les autorités, ce qui entraine un retrait définitif. Si cette annulation ne découle pas d’une décision judiciaire, elle peut être issue d’une perte totale de points sur le permis.

Quelles conséquences sur l’assurance auto ?

La suspension ou le retrait de permis constitue un évènement majeur qu’il est impératif de communiquer à l’assureur. L’automobiliste dispose d’un délai de 15 jours pour adresser un courrier recommandé avec accusé de réception stipulant toutes les informations ayant entrainé le retrait. Plusieurs documents sont à adjoindre à cette lettre à savoir la notification de suspension, le taux d’alcoolémie ou de stupéfiants, le type de condamnation, une copie de la carte grise, etc.

À ce stade, l’assureur prend la décision de majorer le coût de la cotisation ou carrément de résilier le contrat. S’il mise sur la première option, le taux de majoration va dépendre de la gravité des cas. Elle est généralement de 50% en cas de suspension de 2 à 6 mois et passe à 100% suite à un délit de fuite après un accident ou après une annulation d’une durée supérieure à 6 mois. Si le retrait a été causé par la conduite en état d’ivresse ou sous l’emprise de la drogue, la majoration peut atteindre les 150%.

Parfois, compte tenu du risque représenté par l’automobiliste, l’assureur préfère le résilier en envoyant l’avis de résiliation par lettre recommandée. Pour le conducteur, la tâche s’annonce très rude pour essayer de retrouver un nouvel assureur. En effet, avant d’accorder un contrat, les compagnies consultent systématiquement le registre des résiliés. Les noms qui y figurent sont mal vus, car ils sont classés dans la catégorie des « profils à risques ».

Trouver une assurance auto pas chère après un retrait de permis de conduire

Bien qu’il soit difficile de retrouver une police après un retrait ou une suspension de permis, cela n’est pas impossible. Il suffit d’opter pour les bonnes démarches. L’une d’entre elles consiste à solliciter l’aide des compagnies d’assurances spécialisées dans les résiliés. Certes, les tarifs appliqués sont plus élevés, mais les contrats ont l’avantage d’être adaptés à chaque profil. Une autre méthode nécessite d’effectuer une comparaison des offres en utilisant un outil en ligne.

À défaut, engager un courtier en assurance s’avère être aussi une très bonne idée. Ce professionnel fait appel à son réseau de partenaires pour trouver des contrats sur mesure. Enfin, si malgré ces démarches, toutes les portes se referment, la solution ultime est de saisir le Bureau Central de Tarification dont la mission est d’obliger les compagnies à couvrir un automobiliste.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Comparateur Assurance Auto
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : qZSFHt

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers