Vous êtes ici : Guide de l'automobile > Assurance Auto > Conducteur de plus de 65 ans : combien coûte une assurance auto ?

Conducteur de plus de 65 ans : combien coûte une assurance auto ?

Conducteur de plus de 65 ans : combien coûte une assurance auto ?

Les seniors et les autres automobilistes moins âgés ne sont pas logés à la même enseigne en matière d’assurance auto. Le fait d’être d’âge avancé a en effet un impact sur le coût des contrats, car les assureurs considèrent ce pan de la population comme un profil à risque. En conséquence, la politique tarifaire adoptée est différente. Heureusement, il existe des moyens de réduire le prix de cette assurance auto.

Assurance auto : des conséquences tarifaires pour les seniors

La voiture reste un précieux gage d’autonomie et de liberté pour les plus de 65 ans. Bien qu’ils n’utilisent plus leur véhicule pour se rendre au travail, celui-ci leur est encore très utile pour faire leurs activités quotidiennes. Or, le fait d’être en âge avancé et de continuer à conduire n’est pas vu d’un très bon œil par les compagnies d’assurance. En effet, la dégradation de la santé est incontournable en dépit des énormes progrès réalisés dans le domaine médical ces dernières années. Les réflexes ne sont plus les mêmes sans compter la perte des facultés sensorielles, motrices et physiques. Parmi les principaux maux qui touchent les seniors figurent la sensibilité à l’éblouissement, la diminution de la vue et la baisse du champ de vision. Lorsqu’on devient plus âgé, on a tendance à avoir des difficultés à percevoir les contrastes ainsi que les couleurs, ce qui ne permet pas toujours de reconnaître les panneaux de signalisation ni de voir les obstacles sur la route surtout la nuit.

Les risques augmentent avec les aléas climatiques comme la neige, la pluie ou le brouillard. À cause de ces phénomènes, les assureurs appliquent des primes beaucoup plus élevées à l’égard des seniors. À partir de 60 ans, cette hausse atteint les 47% du prix de l’assurance auto. Ainsi, si l’assuré doit payer chaque année 350 euros, sa cotisation augmente à 550 euros lorsqu’il arrive à un certain âge. Certes, les seniors sont des conducteurs plus prudents par rapport aux automobilistes jeunes et inexpérimentés, mais il s’avère que les accidents qu’ils provoquent sont bien plus graves. Sans compter qu’à l’issue d’un sinistre, les préjudices corporels subis sont plus lourds du fait de leur fragilité physique. Autant de situations qui impactent négativement le prix de leur contrat.

Comment négocier son assurance auto ?

Bien évidemment, tous les seniors sont différents. Les assureurs ont tendance à généraliser et pourtant, il existe des personnes âgées qui continuent de garder la forme et de disposer de toutes leurs capacités. Pour ces profils, il est vivement recommandé d’obtenir un certificat d’aptitude médical pour prouver à la compagnie qu’ils sont parfaitement en mesure de conduire, ce qui peut aider éventuellement à obtenir une baisse des cotisations. Le certificat a pour objet d’attester les capacités auditives, visuelles et cognitives de l’individu. Il est délivré une fois par an pour les personnes de 60 à 74 ans et deux fois par an pour les plus de 75 ans. Une autre solution consiste aussi à passer des stages de recyclage organisés par La Prévention routière et fonctionnant sur le même principe que les stages de conduite dédiés aux jeunes conducteurs.

Autre chose : si malgré les tentatives de négociation réalisées auprès de l’assureur, celui-ci refuse de baisser sa prime, l'alternative est de se tourner vers les compagnies qui proposent des formules spécialement étudiées pour le troisième âge. Elles se composent généralement de garanties adaptées pour les seniors et un coût plus compétitif. Les personnes qui éprouvent des difficultés à payer leurs cotisations peuvent aussi demander un étalement du règlement de la prime sur plusieurs mois afin de s’alléger de cette charge financière.

Quelle assurance auto choisir ?

Les seniors ont intérêt à se tourner vers la bonne assurance auto pour éviter les surprimes. Une des offres adaptées à leurs besoins est l’assurance au tiers. Il s’agit de la plus économique disponible sur le marché actuellement. Elle est recommandée lors de l’usage d’un véhicule d’occasion de faible valeur. Son rôle est de prendre en charge l’indemnisation des tiers qui ont été victimes d’un accident responsable. Il est éventuellement possible de personnaliser le contrat en ajoutant certaines garanties essentielles comme l’assistance ou la garantie personnelle du conducteur.

L’assurance auto au kilomètre est aussi vivement recommandée pour les seniors qui utilisent très rarement leur véhicule. Avec ce type de contrat, ils paient une prime en fonction des kilomètres parcourus dans l’année. Ainsi, si le véhicule n’est utilisé que de façon occasionnelle, le montant des cotisations baisse de façon drastique, de quoi réaliser de belles économies. Ce type de contrat se décline en deux types : l’assurance au kilomètre près et le forfait kilométrique. Avec l’assurance au kilomètre près, la facture est conçue en fonction des kilomètres exacts parcourus. Avec le forfait kilométrique, l’assuré choisit entre 4000 et 20 000 km qu’il doit respecter pour profiter d’une baisse sur sa cotisation. Il est important d’éviter les dépassements kilométriques pour jouir des avantages de ces formules, car celles-ci peuvent devenir pénalisantes et être assorties d’une prime et d’une franchise élevées.

Les garanties à inclure dans l’assurance auto

Un senior doit rigoureusement sélectionner les garanties à inclure dans son contrat afin de limiter au maximum le prix de son contrat. Par exemple, il n’a pas besoin de garder la garantie trajet domicile-travail étant donné qu’il est à la retraite et qu’il ne se rend plus au bureau. Il doit également ajouter l’assurance dépannage 24h/24 sur son contrat afin de bénéficier de services d’assistance et de remorquage en cas de pannes. L’idéal est d’opter pour une offre sans franchise kilométrique. Ainsi, si la panne survient au domicile, la prestation continue d’être valable.

Une autre garantie essentielle est celle appelée « garantie personnelle du conducteur ». Une assurance auto prend rarement en charge l’indemnisation des préjudices corporels subis par le conducteur responsable du sinistre. Mais avec cette protection, elle s’engage à rembourser les frais médicaux ou d’hospitalisation de l’assuré. Enfin, il est préférable d’inclure une protection juridique dans son contrat afin de bénéficier d’un accompagnement suite à des litiges liés au véhicule. On ne parle pas seulement de litiges survenus lors d’un accident, mais aussi de ceux apparus chez un garagiste par exemple.

 
 

Comparateur Assurance Auto
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : 8ezkbL

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers